La série Cooked de Netflix

Je suis abonnée à Netflix (une plateforme de films en ligne pour ceux qui ne connaissent pas) et j’ai découvert dessus la série « Cooked ». Je dis série mais en réalité, il s’agit plutôt d’une suite de  quatre documentaires mettant à l’honneur la cuisine traditionnelle. Le journaliste américain Michael Pollan a réalisé ces documentaires en 2016 suite à la parution de son livre sur le même sujet.

Cooked est clairement une ode à la bonne nourriture et nous invite à retrouver le temps de cuisiner. Michael Pollan met l’accent sur les bonnes pratiques qui se sont transmises de génération en génération et qui forment un capital culinaire à préserver face à l’apanage de l’industrie alimentaire. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce patrimoine se désagrège et se perd alors qu’il est, depuis le début de l’humanité, un des garants d’une bonne santé et d’une agriculture respectueuse de la planète et de notre écosystème.

Je vous présente ci-dessous quelques idées tirées de Cooked qui ont particulièrement retenu mon attention:

  1.  Michael Pollan fait référence à une étude réalisée en Australie dans les années 1980.  Un groupe d’aborigènes intégré à la vie citadine australienne souffrait de maladies dites de civilisation: diabète, tension élevée, marqueurs de maladies cardiovasculaires, surpoids.  Un nutritionniste leur proposa de retourner vivre sur leur terre d’origine et étudia les changements. Au bout de six semaines, ce groupe avait perdu en moyenne 7 kg et des tests sanguins révélaient que leur taux de sucre et leur pression artérielle étaient revenus à la normale. Tout cela en changeant d’alimentation.
  2. Aujourd’hui, cuisiner est devenu optionnel. Un Américain passe en moyenne 27 minutes par jour à préparer ses repas. En 1965, il y consacrait 60 minutes par jour.  Les Américains sont de nos jours la nation qui dédie le moins de temps à cuisiner. L’activité de préparation de la nourriture et de dégustation sont aujourd’hui dissociées. On désire expérimenter des repas de plus en plus variés et goûteux en externalisant cette fonction et en la reléguant à la restauration. Or il existe une corrélation entre le fait de passer moins de temps à cuisiner et le taux d’obésité. Autrement dit, plus vous mangez à l’extérieur de chez vous, plus vous risquez d’être en surpoids.
  3. Contrairement à ce qu’on croit, les Américains n’ont pas arrêté de cuisiner avec l’entrée massive des femmes dans la vie active dans les années 1970. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’industrie a mis au point des techniques de préparation et de conservation de la nourriture pour les troupes au front: des boîtes de conserves, le surgelé, le jus d’orange en poudre, le café instantané… Après la guerre, l’industrie a simplement cherché un nouveau marché pour ses produits. Elle a donc fait des efforts massifs pour convaincre les femmes que leurs tâches domestiques étaient épuisantes et que les produits tout préparés étaient meilleurs que ceux faits maison.  Lorsque les femmes sont entrées sur le marché du travail dans les années 1970 et qu’un rééquilibrage a dû s’opérer entre les femmes et les hommes pour les tâches domestiques, l’industrie a trouvé une occasion en or pour s’imposer. C’est désormais elle qui s’occupera de « faire la cuisine ».

Cooked dresse sans conteste une situation dans laquelle le temps est l’ingrédient manquant dans nos recettes comme le dit si joliment mais tristement Michael Pollan. Cependant, en filigrane des quatre documentaires de belles traditions culinaires sont mises en avant. Elles nous rattachent à notre terroir et forment un geste de générosité pour notre communauté.

Je parie qu’après avoir regardé Cooked vous aussi, vous aurez envie de faire votre propre pain. 😉

Je vous joins la bande annonce:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *